Fonds Amande Bégin pour la promotion des femmes au Mali (FAB)

Expertises

  • Développement économique
  • Égalité entre les femmes et les hommes

Moyen d'action

  • Développement
Pays Pays

Mali

Durée Durée

Depuis 2012

Bénéficiaires Bénéficiaires

1 200 femmes bénéficiaires directes de microcrédit et 4 100 femmes bénéficiant de formations diverses.

Partenaires Partenaires

Association pour la promotion de la femme et de l'enfant au Mali (APROFEM) : Appuie 2 associations de femmes.

Association pour la promotion juridico-économique de la femme et de l'enfant (PROMODEF) : Appuie 4 associations.

Association Fafa-Dboye des sœurs ressortissantes d'Iloa à Kalabankoro (AFSRIK) : Appuie 4 associations.

Réseau national d'appui à la promotion de l'économie sociale et solidaire (RENAPESS) : Appuie une association

Association conseil pour le développement (ACOD) : Appuie 2 associations.

"La Maison qui éclaire" (FARANFASISO) : Appuie 4 associations

Association de soutien aux enfants orphelins de Kayes (ASEO) : Appuie 3 associations

Comité des femmes utilisatrices du Centre de santé communautaire de Dravela (CFU/ASACODRAV).

Comité des femmes utilisatrices du Centre de santé communautaire de Yirimadjo (CFU/ASACOYIR).

Budget Budget

Depuis le début du Fonds, les collectes de fonds éffectuées par le Fonds Armande ont permis d'allouer près de 290 000 $ aux partenaires maliens (incluant le montant alloué début 2019).

Le Fonds Armande Bégin a été créé en 2011 suite au décès d'Armande Bégin, ancienne coopérante volontaire du CECI au Mali de 2006 à 2010, afin de commémorer sa mémoire et de continuer les actions qu'elle avait initiées en faveur des femmes démunies. Le Fonds a pour objectif d'améliorer les conditions de vie des femmes du Mali par l'augmentation de leurs revenus et l'amélioration de leur santé et celle de leurs enfants.

Les fonds recueillis auprès des donateurs sont alloués à 9 partenaires maliens qui appuient 22 associations de femmes dans les quartiers pauvres de Bamako, dans le village de Iloa près de Tombouctou, dans les villages de la zone de Niono de la région de Ségou, dans le village de Kaï dans la région de Sikasso et dans les quartiers pauvres de la ville de Kayes.

Le Fonds finance et appuie 4 types d'activités :

1. Le microcrédit. 40 % des fonds sont mis à la disposition des femmes pour des microcrédits pour entreprendre des initiatives économiques individuelles ou collectives : production maraichère, élevage de moutons et volailles, transformation de produits agroalimentaires, fabrication de savons, teinture de tissus, artisanat, petit commerce, ateliers de couture, garderies d'enfants, etc. Les montants des microcrédits individuels sont de l'ordre de 50 à 250 $ pour des périodes de 6 mois à un an avec des intérêts de l'ordre de 1% par mois, inférieurs au taux pratiqué par les institutions financières.

2. La formation. 30 % des fonds financent des sessions de formation dans les domaines de la production, de la transformation agro-alimentaire, de la gestion et de l'entrepreneuriat, de la santé et de la nutrition des enfants.

3. L'investissement. 20 % des fonds sont consacrés à des investissements en infrastructure et en matériel : construction de boutiques de vente, achat de matériaux pour la transformation agro-alimentaire, équipement d'une cuisine communautaire, etc.

4. Renforcement institutionnel: 10% des fonds sont consacrés à la consolidation des organisations via les appuis à la gestion et à l'administration.

Le CECI Mali signe des ententes avec les partenaires maliens qui sont des ONG professionnelles. Celles-ci encadrent les associations de femmes et font de la formation.

Les associations de femmes sont soit des coopératives dûment constituées ou des groupements d'intérêt économique ou social. Chaque association comprend en moyenne une cinquantaine de femmes et gère sa propre caisse de microcrédits. Généralement, les activités économiques de production se font sur une base individuelle et la commercialisation se fait en groupe.

  • 1 180 femmes ont eu accès aux microcrédits en 2018.
  • 4 100 femmes ont bénéficié de formation en 2017.
  • 95 % de remboursement des microcrédits aux caisses de crédit, gérés par chaque associations.

Documents et nouvelles

Abonnez-vous !