Adaptation climatique et valorisation économique des filières agricoles en Haïti (AVETI)

Expertises

  • Développement économique
  • Sécurité alimentaire

Moyen d'action

  • Développement
Pays Pays

Haïti, Département de la  Grand’Anse

Durée Durée

Mars 2019 à mai 2024

Bénéficiaires Bénéficiaires
  • 3 500 productrices et producteurs de cacao et d’igname bénéficient directement du projet
  • 17 500 personnes en bénéficient indirectement
Partenaires Partenaires

Ce projet est réalisé en consortium avec SOCODEVI et Union des producteurs agricoles Développement international (UPA DI), membres de Alliance agricole internationale, et Développement international Desjardins (DID).

Partenaires locaux : Ministère de l'agriculture, des ressources naturelles et du développement rural; principales coopératives cacaoyères; Organisation pour le développement de la filière Cacao de la Grande Anse; organisations de femmes telles; regroupements de paysan-e-s.

Budget Budget

12 900 000 $ (Affaires mondiales Canada)

En Haïti, l’agriculture représente une source de denrées et de revenus indispensables à la population. Le secteur produit 45% des aliments consommés dans le pays et emploie 60% de sa population active. Cependant, les phénomènes météorologiques exceptionnels (tel que l’ouragan Matthew) auxquels l’île est particulièrement sujette, ainsi que les troubles socio-politiques de 2019, ont entravé la production agricole et largement réduit l’accès à la nourriture pour les ménages les plus pauvres.

Actuellement, 40% de la population haïtienne, soit plus de 4 millions de personnes, se trouve en situation d’insécurité alimentaire aiguë. Le département de la Grand’Anse compte le plus grand nombre de personnes touchées. Les femmes, en particulier, sont très affectées par la raréfaction des produits de base car cela complique leur rôle d’approvisionnement au sein des foyers.

Le projet AVETI mise sur les filières du cacao et de l’igname, historiquement importantes dans le département de la Grand’Anse, pour accroître le bien-être économique et réduire la vulnérabilité des Haïtiennes et Haïtiens, notamment des femmes et des jeunes vivant en milieu rural.

Adaptation et résilience aux changements climatiques

Par le biais de formations pratiques, les capacités des productrices et producteurs de cacao et d’igname sont renforcées pour encourager l’adoption de pratiques agricoles permettant d’accroître la résilience des systèmes de production aux changements climatiques. En particulier, le projet favorise une gestion saine de l’eau et de la terre, l’augmentation du couvert boisé pour protéger les versants et les cultures de l’excès de soleil et des tempêtes, ainsi que la stabilisation des terres grâce à des apports en matières organiques et des structures de stabilisation. De plus, les capacités des regroupements d’agricultrices et d’agriculteurs sont renforcées pour leur permettre d’offrir des services et des produits facilitant l’adaptation et la résilience des filières  aux changements climatiques, surtout pour les femmes et les jeunes.

Augmentation de la valeur ajoutée 

Pour ajouter de la valeur aux filières du cacao et de l’igname, le projet vise la réhabilitation de parcelles de terre endommagées et l’adoption de pratiques agricoles innovantes qui permettront d’accroître les quantités produites et d’améliorer la qualité des aliments. Le dialogue entre les actrices et les acteurs des chaînes de valeur est également facilité pour permettre une meilleure coordination des filières ciblées, depuis l’accès aux semences jusqu’à la vente des produits frais ou transformés. Ainsi, le cacao et l’igname produits dans les zones ciblées peuvent être vendus à des prix rémunérateurs pour les productrices et producteurs et leur permettent d’atteindre de nouveaux marchés. 

Participation des femmes et des jeunes

Afin de remédier aux difficultés des femmes et des jeunes à participer aux sphères décisionnelles, à accéder aux ressources et à exercer un contrôle sur celles-ci, le projet sensibilise les agricultrices et les agriculteurs, ainsi que leurs regroupements, à ces inégalités qui entravent l’autonomisation socioéconomique. Nous travaillons de concert avec nos partenaires locaux pour favoriser la présence de femmes et de jeunes dans leurs structures de gouvernance et à tous les niveaux des chaînes de valeurs, et pour encourager l’offre de services adaptés aux femmes et aux jeunes (en particulier l’accès au crédit). Nous veillons également au renforcement du leadership des femmes afin d’accroître leurs capacités à revendiquer leurs droits et à intégrer les sphères décisionnelles.

 

Contribuez au succès de ce projet - Donnez


Le projet en chiffres

15 champs-écoles paysan-ne-s lancés

1 500 familles bénéficient d’un appui pour améliorer leur sécurité alimentaire et leurs revenus

600 hectares de parcelles agroforestières de cacao ou d’igname sont réhabilitées et rénovées

2 institutions de microfinances renforcent leurs capacités à soutenir le développement des chaînes de valeur du cacao et de l’igname

Abonnez-vous !